Deutsch English

L'animation ne peut être affichée

Fondation d'une Abbaye
Dans cette région primitivement à l'écart des courants économiques, fondation d'une Abbaye associant trois grands noms de l'histoire


Un monument unique dans la bande rhénane...

 Sur la carte de la Route Romane d'Alsace, chaque carré rouge situe un site roman, les sites romans remarquables sont soulignés. Leur densité est importante au pied des Vosges, dans le Vignoble, et dans la plaine limoneuse entre le Vignoble et l'Ill, régions prospères.
Sur les rives de l'Ill se situent les principales villes d'Alsace : Mulhouse, Colmar, Sélestat, Strasbourg sur le confluent de l'Ill et du Rhin.


Du Nord au Sud, de Wissembourg, à Neuwiller-les-Saverne, Marmoutier, Rosheim, Andlau, Sélestat, Murbach, Guebwiller, Feldbach... la prospérité des villes et des villages a favorisé l'édification de nombreuses églises et abbayes.
Par contre le long du Rhin, dans l'étroire Bande Rhénane pauvre, si l'on excepte Strasbourg, ville épiscopale et Eschau, fondation de l'évêque, c'est le désert architectural, un seul monument, l'Abbaye d'Ottmarsheim.

Le bâtisseur, ancêtre de la famille des Habsbourg...

Le bâtisseur de cette Abbatiale d'Ottmarsheim, au début du 11ème siècle, en 1030, se nomme Rodolphe d'Altenbourg, qui ne porte pas encore le nom de Habsbourg. Dans un manuscrit en latin daté en 1063, Henri IV empereur du Saint Empire Germanique précise que "Rodolfus, homme célèbre, a construit l'abbatiae Sainte-Marie d'Ottmersheim à ses propres frais, sur son propre domaine" (au bas du document figure le sceau de Henri IV). Issu d'une famille possédant des biens en Alsace et en Suisse, les revenus de ses terres l'autorisent à faire face aux lourdes dépenses générées par la construction du couvent des soeurs bénédictines et de l'abbatiale qui dessert à la fois la communauté des soeurs et la paroisse.

Famille illustre, dont le plus ancien ancêtre connu, dès le 7ème siècle, Etichon I, appelé aussi Aldaric, est nommé duc d'Alsace par le roi de la dynastie des Mérovingiens, à charge d'administrer l'Alsace, charge qu'il exerce avec autorité et qu'il transmet à nombre de ses descendants.
Il est connu pour avoir fondé le monastère de Hohenbourg, le futur Mont Sainte-Odile en l'honneur de sa fille Odile, première abbesse du monastère et patronne de l'Alsace. Aldaric donne naissance à deux lignées cousines, celles des puissants ducs d'Alsace d'où est issu Rodolphe d'Altenbourg et celles des Comtes d'Eguisheim qu'illustre Bruno, le futur pape Léon IX.
Le grand-père de Rodolphe, Gontran le Riche, comte d'Alsace et comte d'Argovie en Suisse, est contraint de se retirer sur ses terres de Suisse après avoir connu la disgrâce de l'Empereur du Saint Empire Romain Germanique. Son fils, Lanzelin, a trois fils, Rodolphe d'Altenbourg qui hérite des terres d'Alsace, Radebot des biens en Suisse, Werner qui devient évêque de Strasbourg. Mais est-il vraiment fièr de Rodolphe et de Radebot? Certains historiens en doutent, peut-être le beau-frère ou l'oncle. Conservons la première hypothèse.

 

















Manuscrit en latin  
daté de 1063  
 



Rodolphe fonde l'Abbaye d'Ottmarsheim, puis part en guerre en Sicile au service du pape Léon IX pour y chasser les Normands. Il est tué dans la bataille de Civitella. Son corps, peut-être seulement la tête, est ramené dans son Abbaye d'Ottmarsheim où il aurait été enseveli. C'est ce que semblerait prouver la découverte d'une tombe au centre de l'église il y a quelques années. Mais elle est vide ! N'ayant pas eu de descendant mâle, sa lignée s'éteint avec lui.
C'est le fils de son frère, Radebot, qui perpétue la lignée des Habsbourg et qui porte le premier le nom des Habsbourg, dérivé du nom du château que son père avait construit en Argovie en Suisse, le château de Habichtsbourg, le château de l'épervier. Radebot fonde lui aussi une abbaye à Muri, qui offre au XVèmesiècle à l'Abbaye d'Ottmarsheim une relique de la Sainte-Croix qui est vénérée dans une chapelle construire à cet effet.

Quant au frère, Werner, évèque de Strasbourg, il y édifie en 1015
la deuxième cathédrale romane, dont subsistent encore la crypte et des éléments du massif oriental. La cathédrale gothique actuelle est bâtie sur les fondations et les dimensions de la cathédrale romane de Werner. Werner est l'ami de l'empereur ottonien du Saint Empire, Henri II et nous verrons que ce détail a une importance dans le choix architectural de Rodolphe lors de la construction de son Abbatiale.

Après le décès de Rodolphe, il semblerait que les Habsbourg de Suisse n'apportent guère de soutien et de prospérité à l'Abbaye d'Ottmarsheim. En 1510, ils abandonnent Ottmarsheim comme siège de leurs possessions en Haute-Alsace et d'Outre Rhin, pour la ville d'Ensisheim, Ottmarsheim trop exposé aux attaques venues du Rhin et aux inondations fréquentes du fleuve.
En 1218, un Habsbourg est élu pour la première fois par les grands électeurs du Saint Empire Romain Germanique à la dignité d'empereur. A partir de 1440 les Habsbourg occuperont sans discontinuité le trône impérial.
Le plus célèbre d'entre eux est certes Charles Quint, au 16ème siècle, à la tête d'un empire "sur lequel jamais le soleil ne se couche".

En 1806, Napoléon I dissout le Saint Empire après ses victoires sur François II, le dernier empereur du Saint Empire, empereur d'Autriche et roi de Hongrie. Les Habsbourg conserveront les trônes autrichiens et hongrois jusqu'à leur défaite lors de la première guerre mondiale en 1918. L'empereur Charles I abdique à cette date et part exil avec son épouse. Né en 1912, l'actuel descendant des Habsbourg, Otto, député européen, est le père de plusieurs enfants qui ont déjà rendu visite à l'Abbatiale d'Ottmarsheim.
En 1998, Otto confie à l'écrivain alsacien Robert Werner "une famille d'origine alsacienne... l'Alsace est en quelque sorte notre berceau."

Les Habsbourg originaires d'Alsace ! Certainement contrariés, nos amis suisses qui le considèrent comme un des leurs. Il est vrai que les Habsbourg à différentes époques ont séjourné en Suisse. 

Le modèle, Charlemagne, le plus grand des Carolingiens... 

Charlemagne, qui se considère comme l'héritier des emprereurs romains, est couronné en l'An 800, à Rome (évidemment) Empereur d'Occident après avoir conquis un vaste empire qui s'étend des Marches d'Espagne, à la Mer du Nord et du Rhin, après avoir rassemblé les provinces françaises sous son autorité.
Il choisit Aix-la-chapelle comme résidence principale et capitale de son empire. Il y fait bâtir son palais et l'église de son palais, la Chapelle Palatine.

Cette Chapelle, inspirée de l'architecture des églises des empereurs romains à Constantinople et en Italie du Nord, est considérée comme la référence architecturale par les empereurs ottoniens du Saint-Empire au 10ème siècle et au début du 11ème siècle. Son plan, son architecture sont reproduits, plus ou moins fidèlement en Europe. 


Mosaique de la Chapelle Palatine.
Charlemagne agenouillé entre Marie et St-Michel
tenant dans ses mains la maquette de la Chapelle Palatine

Et lorsque Rodolphe d'Altenbourg entreprend de construire l'Abbatiale d'Ottmarsheim, il choisit tout naturellement de copier la Chapelle Palatine d'Aix-la-Chapelle, considérée comme le plus bel édifice religieux de l'époque.

Son frère Werner, évèque de Strasbourg et ami du dernier empereur ottonien, Henri II, influencera probablement son frère dans son choix.
On ne peut certes pas imaginer que Rodolphe, qui véçut deux siècles après  Charlemagne et à une époque où les Habsbourg n'étaient encore qu'aux prémices de leur ascension, ait pu songer à construire un empire, l'empire des Habsbourg, à l'image de l'empire carolingien, comme Charlemagne avait réussi à bâtir son empire à l'image de l'empire romain. Ou étrange prémonition de la part de Rodolphe. Mais l'histoire présente de ces coïncidences !

 

Maquette de la Chapelle Palatine primitive à droite et du Palais de Charlemagne

Un pape alsacien de la famille des Comptes d'Eguisheim, Léon IX

En 1002 naît, au château d'Eguisheim, Bruno, le fils cadet de Hugues, Comte d'Eguisheim.
Le jeune Bruno est issu d'une noble lignée qui remonte au premier duc d'Alsace, Etichon. De cet ancêtre naîtront deux branches cousines, celle des ancêtres des Habsbourg et celle des Comtes d'Eguisheim.
Evèque de Toul à 24 ans, il accède à la papauté en 1048 sous le nom de Léon IX.
Son pontificat ne dure que 50 mois, qu'il consacre en grande partie à voyager à travers les pays rhénans, la France, l'Italie afin de reformer l'Eglise sujette à certaines déviations. Au cours de ces voyages, il consacre de nombreuses églises et abbayes, dont en 1049 l'Abbaye d'Ottmarsheim, l'Abbaye fondée par son lointain cousin ! Elle est placée sous l'autorité directe de Rome, moyennant l'envoi annuel d'une aube et d'un amict (linge couvrant le cou et les épaules du prêtre pendant l'office).



Trois grands noms associés à l'histoire de l'Abbaye d'Ottmarsheim :
          - Rodolphe, ancètre des Habsbourg,
          - Charlemagne, le plus grand carolingiens
          - Bruno d'Eguisheim, le pape Léon IX

 

  
1. Ottmarsheim, un paradoxe

 3. Les vicissitudes de l'Abbaye

 

 

© 2010 - Commune d’Ottmarsheim - Tous droits réservés - 20 rue du Général de Gaulle - 68490 Ottmarsheim - 03 89 26 06 42   ¦   Création : - Créer un site